Préparez votre balcon pour économiser au printemps !

Le printemps arrive ! Si vous avez la chance de posséder un balcon ou une terrasse, il va falloir reprendre possession de cet espace extérieur ! État des lieux, nettoyage, entretien des plantes, préparation d’un potager urbain et mise en place de jardinières fleuries pour le printemps. Un programme qui va vous mettre du baume au cœur.

Étape 1 : nettoyage et planification

Avant de commencer votre projet « d’embellissement du balcon », vous devez tout d’abord faire le ménage et compter ! Pendant l’hiver, beaucoup de saleté s’est accumulée sur la rampe et le sol, que vous pouvez normalement enlever facilement avec de l’eau chaude savonneuse. Pour les taches tenaces sur les dalles ou les carreaux de sol, les nettoyeurs à haute pression conviennent si la surface à nettoyer le permet. Demandez à vos amis qui possèdent un tel appareil et prêtez-le vous pour une journée. Toujours dans les magasins de bricolage ou sur les plateformes d’artisans, du matériel de location est proposé à l’heure ou à la journée pour peu d’argent. Préparez tout pour le nettoyage et dégagez le balcon ou la terrasse, vous pourrez alors commencer immédiatement et économiser sur le prix de la location. Pour préparer la plantation, nettoyez les boîtes de balcon de la terre et des pots d’argile et arrosez-les. Réfléchissez aux endroits que vous souhaitez équiper de balconnières et de pots de fleurs, vous devrez peut-être acheter des pots supplémentaires.

Un conseil : en attendant, de nombreux magasins à 1 € proposent également des accessoires tels que des pots de fleurs – en pleine saison de jardinage, il est bon de comparer les prix pour faire des économies. Vous pouvez maintenant dresser une liste de ce dont vous avez encore besoin : terreau, graines ou plantes apportées et, si nécessaire, pots de fleurs.

Étape 2 : une plantation belle et savoureuse

Même sans la main verte, vous pouvez récolter par vous-même ! Après les derniers jours de gel, vous pouvez mettre toutes les plantes dehors à partir de la mi-mai environ. Les herbes sont particulièrement adaptées aux débutants qui pensent à jardiner pour la première fois. Connaissez-vous la capucine ? L’espèce de « Grande Capucine » forme des fleurs jaunes, oranges et rouges et est même comestible ! Les fleurs de jeunes feuilles décorent et assaisonnent les salades. Les graines non mûres, marinées dans du vinaigre et de la saumure, peuvent être utilisées comme des câpres.

Les graines séchées sont stockées au frais et au sec et semées au printemps suivant. La plante est peu exigeante en termes de localisation, mais elle nécessite beaucoup d’espace car elle pousse en grappes. Il est donc préférable de ne placer qu’une ou deux plantes dans une boîte de balcon. Autres plantes comestibles pour le balcon :

  • Fraises
  • Salades de cueillette
  • Radis
  • Courgettes
  • Haricots de brousse
  • Romarin
  • Thym
  • Basilic
  • Menthe
  • Ciboulette
  • Persil

Si vous commencez dès le mois d’avril, vos plantes auront encore beaucoup de temps pour être cultivées à partir de graines. Les semences sont généralement moins chères que les plantes qui ont déjà été avancées, mais elles nécessitent également plus d’attention. De nombreux fournisseurs sont spécialisés dans la plantation de petites terrasses ou de balcons et proposent des variétés qui nécessitent peu d’espace. On y trouve des tomates à croissance basse ou touffue, toutes sortes d’herbes et même de petits arbres fruitiers. Recherchez spécifiquement des variétés à haut rendement, vous pourrez alors vous attendre à une bonne récolte ! Toutes les plantes ou graines ont une courte information sur l’emplacement, la distance de plantation et le temps de plantation, suivez ces conseils pour pouvoir en profiter longtemps !

De nombreuses plantes sont annuelles et doivent être éliminées après l’automne. Renseignez-vous sur les alternatives de plantes vivaces dans la jardinerie, ce qui pourrait vous permettre d’économiser à nouveau. Et si vous achetez de petites plantes au lieu de les semer, ne vous contentez pas d’aller au marché central du centre-ville. Rendez-vous (de préférence à vélo) directement chez les jardiniers à la périphérie de la ville. Là-bas, les plantes sont beaucoup moins chères !

Étape 3 : récolte et transformation

Si vous avez bien planifié votre plantation et fourni aux plantes suffisamment de nutriments au fil des semaines, vous pouvez vous attendre à une récolte savoureuse. Lorsque vous faites vos courses au supermarché, n’oubliez pas que beaucoup de vos plantes sont mûres, surtout pendant les mois d’été, et qu’elles voudront être transformées. Vous pouvez facilement conserver vos herbes cultivées dans votre pays si vous ne pouvez pas les utiliser immédiatement.

Faites sécher les herbes au soleil pendant une journée. Remplissez ensuite les bouteilles rincées à chaud et propres avec une huile végétale neutre ou de l’huile d’olive et ajoutez des herbes telles que des brins de romarin, des feuilles de thym, de l’origan ou du basilic aux bouteilles selon votre choix. Les herbes doivent être entièrement recouvertes par l’huile. Après 2 à 3 semaines dans un endroit sombre et frais, versez l’huile à travers un tamis fin, retirez les herbes et versez l’huile dans des bouteilles décoratives. Votre huile aux herbes faite maison est aussi un beau cadeau !

Bijoux pour votre balcon

Même avec peu d’argent, vous pouvez transformer votre balcon en un endroit confortable ! Les plantes sont déjà la moitié de la bataille pour une belle apparence, mais avec ces conseils, vous pouvez améliorer encore plus votre balcon ! Les anciennes boîtes en bois peuvent être transformées en éléments de sièges décoratifs, en boîtes de rangement ou en étagères avec un peu de peinture, par exemple dans les dernières nuances pastel. Les coussins de siège peuvent être facilement fabriqués à partir de restes de tissu et d’un morceau de mousse découpé.

Économisez de l’argent lorsque vous le faites vous-même avec environ 1€/pièce de matériel. De vieux bocaux à conserves de différentes tailles peuvent être transformés en une mer de lanternes avec des bougies chauffe-plat. Des lanternes et des lumières féeriques colorées avec une batterie solaire créent une atmosphère le soir. Les toiles cirées colorées, également disponibles dans un design actuel, sont idéales pour le balcon. Différentes tailles et formes sont disponibles à partir de la 5e.

Conservation des aliments : toutes les techniques

Les traitements de conservation appliqués aux aliments visent à préserver leur comestibilité et leurs propriétés gustatives et nutritives en empêchant le développement des bactéries, champignons et microorganismes qu’ils contiennent et qui peuvent dans certains cas entraîner une intoxication alimentaire.

Les trois méthodes utilisées pour la conservation des aliments reposent sur :

  • La chaleur : pasteurisation, stérilisation, appertisation, semi-conserves ;
  • Le froid : surgélation, congélation, réfrigération ;
  • Autres techniques : conditionnement sous vide ou sous atmosphère modifiée, lyophilisation, déshydratation et séchage, fermentation, salage, confisage, saumurage, fumage ou fumaison, ionisation, etc.

Les techniques de conservation par la chaleur

Le traitement des aliments par la chaleur est la technique la plus utilisée pour la conservation de longue durée.

La pasteurisation

Elle a pour but la destruction des micro-organismes pathogènes et d’altération. La technique utilisée consiste à soumettre les aliments à une température comprise entre 85° C et 100° C pendant une durée déterminée et à les refroidir brutalement. Avantage de cette méthode : elle préserve les caractéristiques des denrées alimentaires, notamment leur saveur. Les denrées pasteurisées comportent une date limite de conservation (DLC) et sont à conserver au frais.

La stérilisation

Il s’agit d’un traitement thermique à des températures supérieures à 100° C visant à détruire toute forme microbienne, ce qui assure la stabilité à température ambiante des denrées.

Le traitement à ultra haute température (UHT)

Avec cette méthode de conservation, le produit (lait, par exemple) est porté à une haute température au-delà de 135° C pendant une courte période (1 à 5 secondes), puis immédiatement et très rapidement refroidi. Il est ensuite conditionné aseptiquement. Ce traitement permet une conservation longue à température ambiante.

L’appertisation (conserves)

Ce procédé associe deux techniques :

  • un conditionnement dans un récipient étanche ;
  • un traitement thermique (en général la stérilisation).

Les produits obtenus peuvent se conserver plusieurs années à température ambiante (5 ans maximum). Elles comportent une date de durabilité minimale, la date passée, la denrée perd de ses qualités gustatives ou nutritives sans pour autant constituer un danger pour celui qui la consommerait.

Les semi-conserves

Les semi-conserves sont des denrées alimentaires périssables, conditionnées en récipients étanches aux liquides, et ayant subi un traitement de conservation (pasteurisation, salage, séchage, etc.) en vue d’en assurer une conservation plus limitée que les conserves.

Elles doivent être stockées au froid. Elles comportent le plus souvent une date limite de consommation, mais peuvent comporter, compte tenu de leur durée de conservation (le plus souvent de quelques mois), une date de durabilité minimale.

Les techniques de conservation par le froid

Le froid arrête ou ralentit l’activité cellulaire, les réactions enzymatiques et le développement des micro-organismes. Il prolonge ainsi la durée de vie des denrées alimentaires en limitant leur altération.

Néanmoins, les micro-organismes éventuellement présents ne sont pas détruits et peuvent reprendre leur activité dès le retour à une température favorable.

La réfrigération

Cette technique consiste à abaisser la température pour prolonger la durée de conservation des aliments. À l’état réfrigéré, les cellules des tissus animaux et végétaux restent en vie pendant un temps plus ou moins long, et les métabolismes cellulaires sont seulement ralentis. La température des aliments réfrigérés est comprise entre 0° C et + 4° C pour les denrées périssables les plus sensibles.

La congélation

La congélation permet d’abaisser la température d’une denrée alimentaire de façon à faire passer à l’état solide l’eau qu’elle contient. Cette cristallisation de l’eau contenue dans la denrée permet de réduire l’eau disponible pour des réactions biologiques et donc de ralentir ou d’arrêter l’activité microbienne et enzymatique.

La surgélation

La surgélation consiste à congeler rapidement une denrée saine et en parfait état de fraîcheur, en abaissant sa température très rapidement jusqu’à moins 18° C en tous points.

Grâce à ce procédé, l’eau contenue dans les cellules se cristallise finement limitant ainsi la destruction cellulaire. Les produits ainsi traités conservent leur texture, leur saveur et peuvent être conservés plus longtemps. Les produits surgelés doivent-être étiquetés comme tels et ne doivent pas, au cours de leur stockage ou de leur transport, subir de variations de températures.

Les produits congelés ou surgelés ne doivent pas être recongelés après une décongélation.

Les autres techniques de conservation

Modification de l’atmosphère

Le conditionnement sous vide réduit la quantité d’air autour de la denrée alimentaire et donc l’action de l’oxygène sur celle-ci. Cela permet d’empêcher d’une part le développement des micro-organismes, dont la prolifération est une des causes de l’altération du produit, et d’autre part les réactions d’oxydation également à l’origine de dégradations du produit.

Le conditionnement sous atmosphère modifiée (emballage étanche) permet de remplacer l’air qui entoure la denrée alimentaire par un gaz ou un mélange gazeux (en fonction du type de produit), et de prolonger ainsi la durée de vie de celle-ci. Cette technique de conservation est associée à un stockage à basse température tout au long de vie du produit. Une mention inscrite sur l’étiquetage indique « conditionné sous atmosphère protectrice ».

Séparation et élimination de l’eau

La déshydratation et le séchage consiste à éliminer partiellement ou totalement l’eau contenue dans l’aliment. Du fait d’une faible activité de l’eau (Aw), les micro-organismes ne peuvent proliférer, et la plupart des réactions chimiques ou enzymatiques de détérioration sont ralenties.

La lyophilisation consiste à congeler un aliment puis à le placer sous vide : l’eau passe ainsi directement de l’état solide à celui de vapeur (sublimation). La forme et l’aspect des produits sont bien conservés, leur qualité aromatique est bien supérieure à celle des produits séchés. Du fait de son coût, cette technique est réservée aux denrées alimentaires à forte valeur ajoutée tels que les champignons, le café soluble, certains potages instantanés et les céréales pour petit déjeuner.

Le salage vise à soumettre la denrée alimentaire à l’action du sel soit en le répandant directement à la surface de l’aliment (salage à sec), soit en immergeant le produit dans une solution d’eau salée (saumurage). Cette technique est essentiellement utilisée en fromagerie, en charcuterie et pour la conservation de certaines espèces de poissons (harengs, saumon) ou denrées alimentaires végétales (condiments).

Le saumurage consiste à plonger des aliments (charcuteries, fromages, poissons, condiments), dans une préparation composée de sel, d’eau, de divers ingrédients (aromates, sucres) et éventuellement d’additifs autorisés.

Le confisage consiste à préparer des denrées alimentaires en vue de leur conservation en les faisant cuire lentement dans une graisse (de porc, d’oie, de canard), en les enrobant de sucre, en les plongeant dans du sirop de sucre (confiserie, fruits confits) ou en les mettant en bocaux dans de l’alcool (fruits à l’eau-de-vie), du vinaigre (câpres, pickles, cornichons, oignons) ou dans une préparation à l’aigre-doux (chutney).

Le  fumage ou la fumaison consiste à soumettre une denrée alimentaire à l’action des composés gazeux qui se dégagent lors de la combustion de végétaux. Le fumage joue le rôle d’aromatisation et/ou de coloration. Il s’applique principalement aux produits carnés pour lesquels le séchage suivi du fumage permet de conserver les viandes et poissons grâce à l’action combinée de la déshydratation et des antiseptiques contenus dans la fumée.

Conservation par acidification

La fermentation est la transformation naturelle d’un ou plusieurs ingrédients alimentaires sous l’action de levures, ou de bactéries. Les plus importantes transformations de denrées alimentaires par la fermentation sont au nombre de trois ; la fermentation alcoolique (vin), la fermentation lactique (choucroute, cornichons, fromages) et la fermentation acétique (vinaigre).